Même si l'auditoire semblait clairsemé dans le grand amphithéâtre de la Banque de France occupé pour l'occasion, cet événement introduit par le Secrétaire général de l'AMF et dirigé par Claire Castanet ‎Directrice des relations avec les épargnants, rassemblait les principaux acteurs de la certification : organismes de formation, collaborateurs de l'AMF, représentants d'établissements financiers et membres du Haut Conseil Certificateur passés et présents.

Séance d’auto-satisfecit

La certification AMF est considérée comme un succès. On mettra en avant les 35 000 lauréats, les retours positifs que la grande enquête menée sur un millier d'entre eux a fait ressortir ou encore le fait que la France est en avance des autres pays de l'UE. Les études réalisées par l'AMF pointent qu'au sein de 8 grandes banques et 3 sociétés de gestion, entre 35% et 50% des collaborateurs sont soient certifiés en externe soit disposent de la validation interne. Reste encore du chemin à parcourir cela étant pour atteindre les 100%. Au niveau national on a encore plus de 150 000 collaborateurs de PSI bénéficiant de la clause de grand-père. 4 fois plus que de certifiés.

Quelques nouvelles

On attendait surtout des nouvelles sur plusieurs chantiers d'importance notamment suite à la parution le 23 mars des lignes directrices de l'Esma concernant la vérification des connaissances des collaborateurs (ici).

  • Les Cif n'y échapperont plus.

C'est officiel les 7 500 Conseillers en investissement financier devront eux aussi disposer d'un examen externe à partir de... 2020. De 2017 à 2019 les associations professionnelles représentatives prépareront le terrain. L'examen sera également spécifique à cette profession. On peut s'étonner que des banquiers de particuliers doivent aujourd'hui se colleter le règlement Emir ou la politique de meilleure exécution loin de leur quotidien mais que les Cif auront droit à un examen à part. Espérons que ce soit un ajout sur les obligations propres à la relation entre le CIF et son client et non des points en moins.

Les passerelles entre la certification AMF actuelle et la future certification pour les Cif n'ont d'ailleurs pas été encore définies. Si la future certification pour CIF contient des éléments supplémentaires, il sera difficile de valider en l'état des collaborateurs de CIF qui ont passé l'examen certifié AMF actuel (et ils sont de plus en plus nombreux sortant notamment de master 2 avec la certification AMF en poche). Si a contrario la certification Cif est moins poussée sur certains sujets que la certification AMF actuelle, je vois mal comment un collaborateur pourrait faire valoir sa certification CIF s'il veut se faire recruter un jour par un PSI.

  • Les grands-pères n'y échapperont plus non plus

Non la clause de grand père ne va pas disparaitre. En revanche un dispositif annuel sera mis en place comme l'Esma le demande. Evaluation des collaborateurs chaque année puis mesures de formation corrective. L'AMF va se concerter avec les PSI et les associations professionnelles (mais pas les organismes de formation ?) pour avancer sur ce sujet. Bref, rien de neuf à attendre avant la fin de l'année.

On s'étonnera du fait que les formations envisagées doivent porter en priorité sur les produits. Certes les visites mystères ont révélés que les chargés d'affaires maîtrisaient mal les produits, mais aussi le questionnement des clients (que maîtrisent-ils bien au fait ?). Mais il y a je pense beaucoup d'autres lacunes dans les réseaux. Je mets au défi de trouver 10 grands-pères dans des agences qui puissent définir ensemble ce qu'est la politique de meilleure exécution, un SMN, un FIA, l'exécution "simple", le CCLRF, l'ESMA ou encore les obligations de vérification d'adéquation des clients non professionnels dans le cadre d'un conseil en investissement.

  • Les agents d'accueil y échappent

Selon l'AMF la définition des collaborateurs diffusant des informations et qui doivent aussi selon l'Esma passer la certification ne vise pas les chargés d'accueil dans les agences. Pour ma part j'aurais été moins catégorique et je ne peux que louer les entités qui font passer la certification à ces personnels notamment dans un but d'évolution de carrière (surtout s'ils utilisent les services de Bärchen évidemment).

Au final pas de grandes nouvelles révolutionnant le monde de la certification mais des points de repère pour les évolutions à venir. Premier rendez-vous en fin d'année/début 2017 sur la mise en œuvre de la vérification annuelle. Gageons que les PSI qui ont déjà commencé à anticiper le mouvement de la vérification annuelle accélèreront le rythme d'ici là.