La réunion bi-annuelle regroupant tous les organismes qui disposent d'un examen certifié par l'AMF a eu lieu le 11 juin au matin. PAs de tremblement de terre mais des infos intéressantes :

Chiffres :

  • 24 000 certifiés grosso modo depuis le début (1010) avec un volume relativement stable de candidat chaque année
  • côté Bärchen nous sommes à presque 7 000, First Finance annonce 1200 à 1800 par an soit disons 6 000 (tiens ils disent 10 000 sur leur site... ils anticipent ou intègrent les candidats en validation interne ?), bref, sachant qu'on a pas les chiffres du CFPB - AFG qui doivent pourtant tenir le plus grand nombre de certifiés vu leur position dominante dans la profession bancaire et auprès des licences banques, et sachant qu'il y aurait 3 000 certifiés issus de BTS ... mais que reste-t-il pour la 10aine d'autres prestataires ?
  • 177 000 professionnels bénéficiant de la clause de grand-père : de quoi redonner espoir auprès des organismes qui ne remplissent pas leurs examens !
  • pour les 3 000 BTS certifiés en deux ans, avec un peu d'arithmétique on peut estimer un taux de réussite autour de 20-25% pour eux (argh) sachant qu'au niveau des pro on tourne autour des 90%

Nouveau président

M. Pinatton quitte la présidence du haut-conseil certificateur et est remplacé par M. Enguéhard qui fait partie du collège de l'AMF et travaille pour la Banque Postale. Si M. Pinatton avait en charge de créer et lancer la certification, ce ne sera plus la mission de son remplaçant car c'est aujourd'hui chose faite. Il aura peut-être ainsi les coudées plus franches pour intégrer des modifications et durcir un peu les conditions faites aujourd'hui aux banques et leurs validations internes ou aux CIF (cf. ci-dessous) ?

Projets

  • Le projet d'un examen de niveau 2 pour des vendeurs spécialisés ne semble pas avoir un échos favorable. Ce ne sera pas pour cette fois-ci.
  • L'AMF a lancé l'idée de la fin de la validité à vie de l'examen. Cela étant il a été objecté que les établissements ont l'obligation d'ores et déjà de former sur la réglementation et ses évolutions les professionnels en poste. Probable que cela reste donc dans les cartons.
  • Il a été proposé de rendre caduque la clause de grand-père. Pas immédiatement mais par exemple à un horizon de 3 ans afin que les troupes concernées (177 000) puissent s'y mettre ! Cette idée est un préalable d'ailleurs à la précédente. Si l'examen a une durée de vie limitée alors le fondement même de la clause de grand-père ne tient plus.
  • Elargir le périmètre aux CIF. Les Conseillers en Investissement Financiers ont échappé (par intervention divine ?) à l'examen en 2010. Il semble aujourd'hui nécessaire de les réintégrer dans la mesure où ils sont concernés au même titres que leurs confrères en banque. Des consultations auprès des associations professionnelles ont déjà eu lieu. Pas d'agenda de ce côté.