Résumons la situation : la première année de la certification AMF a vu les établissements financiers de type Société de gestion, Banque Privée et Banque de Financement et d'Investissement opter massivement pour des examens certifiés (externes) tandis que les banques de détails ont le plus souvent choisi des validations internes en tentant autant que possible de disposer d'un examen beaucoup plus facile.
L'hétérogénéité des examens certifiés s'est réduite au fil du temps suite à un rappel à l'ordre de l'AMF envers certains qui avaient joué un niveau de difficulté trop bas même si au final il faut relativiser la difficulté d'un examen donné plus au regard de la quantité de travail à produire et des outils de préparation disponibles que sur quelques questions tirées au hasard.
Enfin les Écoles et Universités sont parties en ordre dispersé, certains établissements ne faisant encore rien, d'autres se contentant de mettre à disposition un examen au meilleur prix et quelques autres intégrant des cours de préparation dans leur curriculum. L'entrée en lice de l'éducation nationale qui a vocation à faire passer l'examen certifié aux BTS banque risque de changer la donne dans pas mal de domaine.

Ce qui va se passer d'ici à juillet 2012
Plusieurs phénomènes sont à prévoir :

  • Un passage progressif de ceux bénéficiant jusqu'à présent de la clause de "grand-père", soit d'eux-mêmes pour améliorer leur employabilité (DIF) soit de façon encadrée par les établissements soucieux de leur image (Banques Privées) ou souhaitant ne prendre aucun risque en conformité.
  • De plus en plus d'Écoles et d'Universités intégrant l'examen dans leur cursus. Cela impliquera un début de baisse du nombre de passage d'examen pour les nouveaux entrant chez les établissements financiers qui l'auront passé en fin de cursus même si celle-ci devrait rester faible. En effet, toutes les écoles et universités ne seront pas encore équipées et n'auront pas encore rendu obligatoire ce passage. Par ailleurs une grande partie des recrutements ne concerne pas des juniors.

  • Quelques examens certifiés supplémentaires : le marché est saturé mais gageons que certains nouveaux examens seront autorisés (principalement auprès d'établissement d'enseignement) mais aussi que certains organismes de formation jetteront l'éponge et ne demanderont pas le renouvellement de leur certification au bout de la première période de deux ans. Disposer d'un examen implique en effet des contraintes fortes de veille réglementaire et de procédures de passage d'examen, et le fait de se faire inspecter par l'AMF n'est pas une partie de plaisir !
  • Actions de l'AMF pour limiter la différence entre validation interne et examen certifié. Pour ce faire il faudrait qu'un établissement soit sanctionné sur ce sujet pour ne pas avoir mis en place un dispositif en phase avec le niveau de connaissance demandé. Difficile de croire qu'une grosse banque serait épinglée à moins qu'un scandale dans la commercialisation de produits d'investissement (type vente de vrai faux capital garanti) donne opportunité à l'AMF de mettre en avant une vérification de connaissance interne déficiente.
  • Les Conseillers en Investissement Financier (CIF) ont échappé à l'examen jusqu'à présent pour des motifs qui ne semblent pas toujours pertinents selon moi. La formation obligatoire des CIF n'est pas toujours à niveau et la sanctionner par un examen certifié ne devrait pas poser de problème si elle l'était puisque dans ce cas tous les candidats le réussiraient. 2012 verra-t-il le périmètre des fonctions concernées s'élargir aux CIF ? A d'autres fonctions ?
  • Actions ACP : il est étrange que cet examen certifié obligatoire qui couvre le champs des services d'investissement, concerne en très grande majorité des salariés d'établissements de crédit qui n'ont en revanche aucun examen similaire sur les opérations de banques qui constituent souvent le plus clair de leur activité mais qui ne dépendent pas de l'AMF mais de l'ACP. L'AMF et l'ACP ayant créé une cellule commune, peut-être que ces deux autorités vont réfléchir ensemble à un examen en deux parties qui serait légitime. S'il est bon de connaître la réglementation sur les Opcvm et les opérations de bourse, il est ausi capital de connaître celle s'appliquant aux prêts et moyens de paiement (et aux assurance-vie ?).
  • La sortie de la deuxième édition de "Réussir l'examen certifié AMF" aux éditions Pearson : prévue le 8 septembre. Voila un phénomène qui est quant à lui sûr et certain ! (39 € TTC : réservez votre exemplaire dès maintenant!)

Prochain billet courant septembre où nous commencerons à révéler notre banc d'essai de certains examens certifiés. Vous y apprendrez que l'on peut passer certains examens sans présenter de pièce d'identité, qu'en cours de préparation, la réactivité des hotlines est souvent très théorique (on attend toujours des réponses) et s'il y a du bon voir du très bon dans les outils de préparation il y a aussi de beaux ratages. Évidemment je vous rappelle que nous (Bärchen) proposons nous mêmes un examen et qu'en conséquence ce banc d'essai ne peut se prévaloir d'une objectivité complète même si nous essaierons de présenter les méthodes et outils de la façon la plus factuelle possible. Nous ne comparerons pas directement dans ce cadre nos outils à ceux des examens que nous avons analysés.