Il y a un an, l'AMF certifiait l'examen proposé par Bärchen. Que s'est-il passé depuis ?
Petit état des lieux

  • Il existe aujourd'hui 9 examens certifiés. Le dernier en date (1er mars 2011) est celui de l'Afges. Il est le premier examen à avoir été certifié depuis le mois de septembre 2010. En effet, en juillet 2010, l'AMF a introduit des frais de dossiers et renforcé aussi sa communication pour limiter les dépôts de dossier intempestifs d'organismes comprenant mal la nature de l'exercice et l'importance de l'engagement que constitue un examen certifié. Un certain nombre d'Ecoles et d'Universités affirment cependant toujours vouloir disposer d'un tel examen certifié.
  • Notre estimation fait état de 1 500 à 2 000 personnes certifiées depuis le 1er juillet. Les organismes les plus actifs sont selon nous (ordre alphabétique) : Bärchen / CFPB - AFG / First Finance - CNAM. Les autres organismes semblent moins actifs. L'AMF n'a pas encore divulgué de chiffres officiels.
  • Les candidats à l'examen certifié sont avant tout des professionnels des banques d'investissement, banques privées et sociétés de gestion. En effet, les banques de réseau bottent quasiment toutes en touche en choisissant un examen de validation interne dont le niveau de difficulté est souvent nettement inférieur.
  • Passer juste l'examen sans préparation coûte en général moins de 100 €. La plupart des prestataires proposent par ailleurs différents packs de préparation. Le pack qui est plébiscité chez Bärchen est le pack Sécurité (6 mois d'accès à la base + manuel de préparation + 2 passages d'examen); son prix est inférieur à 200 € et n'a pas augmenté depuis un an. Marché compétitif, périmètre plus réduit qu'anticipé dans la mesure où les banques de détail vont vers la validation interne : il était prévisible que certains acteurs fassent machine arrière. Se dirige-t-on vers un marché tenu par 3 ou 4 organismes ? Rien de sûr car les Universités peuvent changer la donne.
  • Le taux de réussite à première tentative est très élevé chez l'ensemble des prestataires. A titre d'exemple, il dépasse actuellement les 90% chez Bärchen, ce qui est normal dans la mesure où les candidats s'entraîne sur une base de questions dont seront issues les questions de leur examen. Ils sont donc à même de savoir à tout instant s'ils sont en position de réussir ou d'échouer. Il n'y a pas de surprise le jour de l'examen !

Quel avenir pour l'examen ?
L'ensemble des établissements a intégré le passage de l'examen dans ses procédures et dans les contrats de travail. La quasi totalité des professionnels a aujourd'hui un minimum de connaissance sur la nature de cet examen ... hormis dans les banques de détails. Paradoxalement, les populations visées originellement de façon prioritaire par cet examen sont celles qui restent les moins sensibilisées à l'exercice et qui échappent massivement à l'examen certifié de par la possibilité d'avoir recours à la validation interne.
Espérons que l'AMF réagisse et constate les différences de niveau entre les examens certifiés et les examens de validation interne afin de pousser les établissements bancaires qui font le choix de la validation interne à mettre en place de vrais examen et non pas une simple formalité vidée de toute nécessité de s'impliquer dans un travail de préparation.
Une solution pour que les banquiers d'agence passent eux aussi l'examen certifié serait de les faire passer à la sortie de formation. L'AMF a sensibilisé les formation de type BTS banque sur ce sujet mais l'ampleur du chantier est tellement importante qu'il n'y aura pas, à mon sens, de retombée concrète avant quelques années.
Une autre solution serait d'élargir l'examen et d'intégrer les produits bancaires et d'assurance pour en faire un examen commun AMF - ACP.
Ces trois solutions ne sont pas exclusives et sont même complémentaires. L'AMF a réalisé la moitié du chemin vers une meilleure connaissance des banquiers notamment sur leurs obligations légales et réglementaires, il reste encore un peu de chemin à parcourir pour que les critères fixés dans cet examen s'appliquent à tous d'une façon homogène.